L’Homme et la Nature

Mettre les océans au cœur des consciences

En 1992, le sommet de la Terre de Rio avait déclaré la protection de 10% des océans comme un objectif prioritaire. Vingt ans plus tard, seul 1,4% de leur surface est effectivement protégé par des aires marines. Pourtant leurs enjeux sont cruciaux pour notre avenir, faut-il seulement en avoir conscience.

Baleine au large de la péninsule de Valdés, Argentine (42°23’ S - 64°29’ O). © Yann Arthus-Bertrand / Altitude Paris
Baleine au large de la péninsule de Valdés, Argentine(42°23’ S - 64°29’ O). © Yann Arthus-Bertrand / Altitude Paris

Parents pauvres de nos préoccupations, les océans sont aujourd’hui le lieu d’expression de tous nos excès. Et pourtant, avec une superficie qui recouvre plus de 70% de la surface de la Terre, les océans ont fait naître la vie, produisent l’oxygène que nous respirons et régulent notre climat. Les produits de la mer constituent aussi, pour 3 milliards de personnes, la principale source de protéine animale. Ce ne sont pas moins de 500 millions d’individus qui dépendent directement ou indirectement du secteur de la pêche pour assurer leur subsistance. Malgré cela, les pressions ne cessent d’augmenter : pollution, surexploitation, destruction des habitats, réchauffement, acidification, aménagement du littoral…

Les océans sont aujourd’hui à bout de souffle et le constat devient, jour après jour, de plus en plus alarmant. La surpêche est un des symboles des menaces qui pèsent sur l’océan mondial. Aujourd’hui, en 2013, 80% des stocks de poissons sont pleinement ou surexploités, 90% des stocks de poissons commerciaux ont disparu et une espèce de poisson sur 3 est menacée d’extinction. Alors que la pression de pêche se fait de plus en plus intense, 70 % des océans échappent à toutes formes de juridiction et constituent la plus grande zone de non-droits de la planète.

En 1992, le sommet de la Terre de Rio avait déclaré la protection de 10% des océans comme un objectif prioritaire. Vingt ans plus tard, seulement 2% de leur surface est effectivement protégé par des aires marines. C’est dans ce contexte que le Programme Océan a été initié par la Fondation GoodPlanet en janvier 2012, avec le soutien d’OMEGA, afin de sensibiliser les publics de tous les horizons à la beauté et à la fragilité des océans.

Le programme Océan a notamment permis de réaliser différents supports de sensibilisation, comme le livre L’Homme et la Mer ou l’exposition Planète Océan. Tout au long de l’année, la Fondation GoodPlanet organise des événements de sensibilisation ouverts à tous : projection-débats autour du film Planète Océan, projections spéciales pour le jeune public, conférences à destination du grand public et des entreprises ou animations pédagogiques.

En 2013, le Programme Océan s’est enrichi d’un nouveau volet d’action avec, entre autres, la mise en place de projets de restauration et de préservation du littoral en Indonésie dans le cadre du programme Time for the Planet. Enfin, parce que préserver les océans c’est aussi consommer responsable, un guide et une application mobile ont été développés, en partenariat avec SeaWeb.

Contact
Cédric Javanaud, responsable du programme Océan
> Envoyer un mail
PARTAGER SUR

AVEC LE
SOUTIEN DE

OMEGA

La marque OMEGA est réputée mondialement pour la qualité et la performance de ses montres, ainsi que son engagement pour la conservation des océans. C’est pourquoi elle a choisi de s’engager auprès de la Fondation GoodPlanet, afin de soutenir ses missions de manière globale mais aussi plus précisément dans le cadre de son programme Océan.

> Lien partenaire