©JeanClode

PÊCHE ET ENVIRONNEMENT

La demande croissante en produits de la mer a entraîné le développement de techniques de pêche plus intensives et moins sélectives, qui aboutissent progressivement à la raréfaction des ressources.

Selon la FAO, environ 61% des stocks sont déjà exploités à leur maximum et 30% sont aujourd’hui surexploités. Si nous n’agissons pas, il pourrait ne plus y avoir de poissons comestibles dans nos océans d’ici 2050. C’est pourquoi nous devons soutenir les pêcheurs qui adoptent des pratiques durables et contribuent à ce que les approvisionnements en produits de la mer soient assurés pour les générations futures. Si le poisson est bon pour la mémoire, alors souvenons-nous que nous pouvons tous agir !